Mettre Le Point sur le « i »

Le magazine Le Point a, et je m’en félicite, consacré un numéro spécial à la ville de Melun le 19 mai 2011. Il y est question des grands projets de la ville, de l’action de mon équipe et de politique locale. Bien que je sois extrêmement attaché à la liberté de la presse et qu’il ne s’agit pas pour moi de lui contester ce droit fondamental je souhaiterais ici exposer mon sentiment sur le rendu final.

Il est assez flagrant que les deux journalistes qui ont travaillé sur ce dossier spécial Melun sont venus avec l’intention de trouver les failles. Si elles ne les trouvaient pas il leur faudrait les créer. La première phrase fixe l’objectif « Le Point fait le tour des sujets qui fâchent ». Je ne découvre pas l’appétit journalistique pour les attaques personnelles et la querelle mais elle me surprend toujours.

Je ne vise pas ici l’opposition municipale qui joue pleinement son rôle, avec le peu d’arguments qu’elle agite désespérément, mais la volonté de semer la discorde dans mon équipe. La vie politique est faite de successions et de changement mais je l’assure ici avec force il n’est pas question pour l’heure de désigner un « dauphin ». Cette décision, si je devais la prendre, je ne la dévoilerai pas.

Nous ne sommes qu’en 2011 et n’avons qu’à peine passé la moitié du mandat qui m’a été donné. Il serait irresponsable de laisser croire que déjà j’oublie les affaires de la ville pour m’adonner à un sinistre jeu politicien. Je ne me suis jamais inscris dans cette démarche. Pourquoi commencerais-je aujourd’hui une carrière de stratège ? Que chacun ait des ambitions pour lui-même je n’ai pas a m’en offusquer.

J’invite cependant ceux qui y « pense en se rasant » à se laisser pousser la barbe quelques temps. C’est, parait-il, signe de sagesse. Nous n’en n’avons jamais de trop en politique. Puisqu’il n’y a ni fils spirituel, ni « challenger », j’imagine l’embarras des journalistes qui ont dû rédiger une page sur la « jeune garde ». Un embarras tel que Kadir Mebarek s’est vu rajeunir de douze ans pour apparaitre comme le « dauphin ».

En outre chacun le sait j’ai apporté mon soutien à Denis Jullemier aux Cantonales de mars 2011. Cela illustre, me semble-il, le climat de respect et de confiance dans lequel nous travaillons au quotidien. Si l’objectif inavoué de ce dossier était de créer des tensions et de nourrir des velléités il n’en est rien. Cela assurera sans doute des ventes plus importantes, Le Point est finalement une entreprise comme une autre, mais les melunais ne s’y tromperont pas.

Je prendrai le temps de rédiger prochainement un autre billet sur le fond des dossiers mais je peux déjà ici avouer ma déception dans leur traitement. J’ai passé plus de quatre heures avec les deux journalistes pour expliquer avec pédagogie les enjeux et l’avancée des dossiers. Il en reste au final trop peu et cela participe à l’idée qu’ils « patineraient ». Je sais désormais que pour vous informer ce blog est infiniment plus efficace. Il est le lieu idéal pour mettre Le Point sur les « i ».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s