Voeux au personnel communal

Le jeudi 5 décembre, j’ai présenté mes voeux pour l’année 2012 au personnel communal à la Salle des fêtes de Melun. Un moment important pour les agents, le Directeur Général des Services et moi même. Je vous invite à lire le discours que j’ai prononcé à la tribune.

Mesdames et Messieurs les élus, chers collègues,

Monsieur le Directeur Général des Services,

Mesdames et Messieurs les Directeurs et Chefs de Services,

Mesdames et Messieurs,

Chers amis,

« Le plus nécessaire et le plus difficile dans la musique c’est le tempo » disait Wolfgang Amadeus Mozart. Je ne peux m’empêcher, devant cette maxime, de voir en trompe l’œil le travail du personnel communal. L’image de l’orchestre jouant la partition traduit à merveille la gestion quotidienne des affaires de la cité par les services de la ville. Chacun y met son talent, son ardeur et sa volonté. Et le travail, valeur essentielle dans notre système méritocratique, efface les fausses notes.

Dans les mots prononcés par Henri Mellier je vois d’ailleurs se dessiner la gestuelle d’un chef d’orchestre. Avec la précision de celui qui connait l’œuvre, vous guidez, cher Henri, avec virtuosité le jeu de près d’un millier d’instrumentistes. Vous êtes très exactement celui qui fixe le tempo et les variations, qui bat la mesure et qui signifie aux solistes quand vient leur tour. C’est grâce à votre travail que l’ensemble des services se met en mouvement de façon coordonnée et équilibrée.

Pour cela je tenais à vous remercier très chaleureusement. La relation de confiance que nous entretenons est la condition indispensable pour que les décisions politiques, qui forment la partition, soient au mieux réalisées. Je sais pouvoir compter sur votre dévouement, votre analyse experte et votre sens du service public. Ce sont ces mêmes qualités, que j’apprécie, qui font de vous un Directeur Général des Services respecté et estimé dans les 14 directions et 47 services que comptela Ville.

Mais cher Henri, vous possédez une autre qualité : choisir vos collaborateurs. John Fitzgerald Kennedy disait à ce titre que « l’art de la réussite consiste à savoir s’entourer des meilleurs ». C’est l’occasion pour moi de vous livrer une pensée toute personnelle. A chacun d’entre vous j’aimerais rappeler l’importance de l’administration, et en particulier des services administratifs communaux, dans la construction de notre pays. Ceux qui vous ont précédé ont été les artisans de sa modernisation constante. Vous en poursuivez aujourd’hui l’ouvrage. Quel meilleur exemple de cette modernisation que la mise en place du guichet unique, longtemps espéré, au 1er janvier 2013.

Cet héritage les fonctionnaires d’aujourd’hui doivent en être fiers. Ils doivent avoir conscience qu’une filiation directe existe entre eux et tous ceux qui, du Moyen-âge au 21ème siècle, ont construitla France – les communes et la gendarmerie en sont des exemples.

Alors que certains, ignorants de l’histoire, raillent le statut de fonctionnaire rappelez-leur ceci. Rappelez-leur que de cette fonction publique territoriale qu’ils moquent s’occupe des routes qu’ils empruntent, des écoles qui éduquent leurs enfants et des résidences qui accueillent leurs parents. Que de l’informaticien au jardinier en passant par le comptable, le juriste, l’assistante maternelle, l’archiviste et l’ingénieur,la Villes’occupe de leur quotidien. Il suffit d’imaginer Melun sans tous ses agents, donc sans ces services, pour saisir leur nécessité.

A l’heure des coupes budgétaires et de la rationalisation de la dépense publique nous avons pour devoir de maintenir un haut degré de service public. Ce serait une folie et un contresens que de décréter qu’au fond face à la crise nous ne pouvons rien. Que les plus forts s’en sortiront et que pour les autres il ne reste qu’à surnager dans la misère, l’ignorance et l’abandon. Ce n’est pas le projet de société que je veux. Ni pour notre pays, ni pour Melun. Dès lors nous avons fait le choix d’une administration locale efficace et cela passe par les conditions de travail que la collectivité offre à ses agents.

Un budget spécial a d’ailleurs été dégagé pour financer leur amélioration. Je suis intimement convaincu que des agents qui ont un confort et un cadre adapté à leurs missions les accomplissent avec d’autant plus de sérieux et d’entrain. Sachez que je suis à l’écoute de vos demandes et qu’aucune d’elle n’est ignorée. Tout en respectant la hiérarchie, qui veut qu’Henri Mellier soit votre interlocuteur privilégié, je veux vous assurer qu’aucune barrière n’existe entre vous et moi. Il n’existe au 16 de la rue Paul Doumer ni cloisons étanche ni tour d’ivoire. Vos préoccupations sont les miennes.

Certes, il y aura toujours des Melunais mécontents. Peut-être même qu’ils auront quelques fois raison. Mais toute activité de l’homme est sujette à l’erreur et à l’imperfection. Votre mission est d’entendre ces critiques et, si elles sont justifiées, de nous les faire parvenir. A notre tour, nous les élus, qui ne sommes en responsabilité que par des Melunais, sauront prendre les décisions qui s’imposent. C’est notre mission. Et nous y manquerions si nous restions sourds à cette critique. Je voulais dès lors profiter de ce moment à la tribune pour remercier mes adjoints pour le travail fourni.

Vous assumez votre mission avec l’esprit citoyen de ceux qui croient en la noblesse de la responsabilité politique. Je sais ce que cette fonction implique sur votre vie professionnelle et personnelle. Je sais combien la tâche est ardue et à quel point il vous faut quelques fois surmonter des épreuves personnelles pour ne rien laisser transparaître. Je sais aussi que les remerciements sont trop rares alors permettez moi de vous confier la satisfaction qui est la mienne devant le travail d’équipe que nous menons. J’adresse mes vœux les plus sincères et les plus personnels à Colette, Richard, Renée, Kadir, Monique, Denis, Marie-Liesse, Noël, Gérald, Marie-Hélène, Brigitte, Jean-Pierre et Patricia. Au-delà de mes adjoints et conseillers municipaux délégués c’est à toute l’équipe municipale que j’adresse mes meilleurs vœux pour 2012.

J’évoquais tout à l’heure le rôle de l’administration territoriale dans la construction de notre pays. J’aimerais également souligner qu’en ces temps de crise économique financière, sociétale et identitaire vous avez plus que jamais un rôle à jouer. Par votre action vous êtes celles et ceux qui apportent des réponses concrètes aux personnes fragilisées et isolées. Vous êtes le point de repère et parfois le seul interlocuteur qui reste.

Ne laissons pas l’« air du temps » mettre à mal un modèle construit au fil des siècles pour protéger, accompagner et sécuriser. Sur ce dernier point nous avons fait le choix de doter la ville de Melun d’une Police Municipale et de lui donner les outils nécessaires pour assurer ses missions de prévention mais aussi de répression.

Je voudrais ici saluer le courage de cette équipe de 20 policiers, agents de la ville, qui veillent à la sécurité des Melunais sous la houlette de Marie-Liesse Dupuy. Parce que leurs missions en font les cibles de délinquants toujours plus audacieux je voudrais ici les assurer de tout mon soutien et de toute ma gratitude. Nous avons tous en tête le tragique décès en mission d’Aurélie Fouquet à l’âge de 26 ans. « Devant une telle violence la société ne doit montrer aucune faiblesse » avait alors dit avec raison le Premier Ministre François Fillon.

C’est d’ailleurs pour les protéger que nous avons poursuivi la professionnalisation dela Policemunicipale avec l’installation de la vidéo protection, la fourniture d’armes, la géolocalisation des patrouilles ou encore les brigades canines. Par le respect que nous leur devons nous les aidons à réaliser leurs missions qui ne se limitent évidemment pas à la répression. Cette dernière intervient au bout d’une chaîne d’actions qui débute par la sensibilisation et l’apprentissage de règles sans lesquelles la vie en société devient impossible.

Votre professionnalisme individuel est la clef de nos succès collectifs. Et quel meilleur moment que les vœux, qui plus est lorsqu’il s’agit de ceux qui interviennent à la mi-mandat, pour faire un bilan de notre action. Malgré les inquiétudes que j’évoquais à l’instant, malgré les interrogations que pose la réforme territoriale et malgré l’inconnu de l’avenir vous avez fait de Melun une ville de projets. Or faire des projets, cher amis, c’est s’offrir le futur dont nous rêvons.

« Le temps est long du projet à la chose » disait Molière. Comme le dramaturge avait raison. Vous et moi le voyons chaque jour lorsqu’il s’agit des grands projets structurants. Je pense au futur Hôpital de Melun, à l’Eco-quartier de la plaine de Montaigu, au Pôle gare, à l’Agenda 21, au départ dela Prison, au Musée dela Gendarmerie, au Conservatoire de Musique et de Danse ou du Programme de Rénovation Urbaine. Cependant pour de nombreux projets l’année 2012 marque l’entrée dans le concret après plusieurs années d’étude.

Cette concrétisation nous vous la devons. Je tenais donc au nom de l’ensemble de l’équipe municipale qui m’épaule à vous remercier pour le travail approfondi que vous réalisez. Je n’oublie pas ceux d’entre vous qui cette année se sont engagés sur le chemin de la retraite. Vous êtes au nombre de vingt cette année et sans qu’il ne me soit permis ici de vous citer tous je voudrais avoir une pensée pour : Marie-France Feuilletin (44 ans et 7 mois dans nos services), Lilian Marie (44 ans et 6 mois), Patrick Vajou (43 ans et 6 mois) et Jean-Noël Vanwambeke (42 ans et 11 mois).

J’ai enfin une pensée extrêmement émue pour l’épouse, les enfants et la famille de Xavier Guillermain qui nous a quitté cette année. Je sais à quel point il était apprécié par ses collègues dela Maisondu Projet. Sa bonne humeur, sa disponibilité et son talent relationnel en avait fait le porte-parole de la rénovation urbaine auprès des enfants dans les écoles. Cette triste pensée nous rappelle cruellement la fragilité de l’existence et la nécessité de profiter pleinement de chaque instant de la vie. En 2012, gardons cela à l’esprit.

Je ne pouvais terminer mon propos sans évoquer un des enjeux de notre début de siècle : la préservation de notre environnement. Car c’est par notre insouciance et nos abus que nous avons, en quelques dizaines d’années, mis en péril un équilibre millénaire. A Melun nous n’avons cependant pas découvert la nécessité d’agir de façon responsable avec l’émergence de l’écologie politique. Il y a 40 ans déjà nous faisions le choix de chauffer le quartier de l’Almont à la géothermie. Il y a 40 ans nous déjà faisions du développement durable sans franchement le savoir. Et aujourd’hui avec l’Agenda 21 nous poursuivons l’œuvre entamée.

Ces quelques réflexions sur notre passé, notre présent et notre avenir m’amène vous souhaiter à tous une belle, bonne et heureuse année 2012. Quelle vous apporte, à vous et à ceux qui vous sont chers, toutes les satisfactions et toutes les réussites espérées.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s