Quand les convictions naissent avec les élections

Depuis quelques semaines certains élus locaux de gauche, ou ceux qui aspirent à l’être, se sont découverts des combats nouveaux. Eux que l’on n’a jamais entendu prendre la moindre position sur l’Hôpital de Melun depuis dix ans en font désormais l’axe central de toutes leurs prises de parole. Je le dis sans esprit partisan : se saisir d’un projet majeur comme celui-ci à l’approche des élections présidentielles et législatives relève d’une attitude démagogique et électoraliste. Les mots choqueront sans doute. Je suis, moi, choqué par le fait que des responsables politiques prennent en otage la santé d’un bassin de 300 000 personnes à des seules fins politiciennes et électorales.

Car plus que de se réveiller à un mois d’échéances majeures ce qui est grave c’est que ces élus ne défendent pas les intérêts des malades. Le projet d’Hôpital est, sur le plan médical et architectural, définitivement acté. La question de sa construction n’est pas en jeu. Il sera réalisé. La seule question qui reste en suspens c’est celle du financement. Or pour que l’Etat trouve les fonds nécessaires il est indispensable que les élus locaux fassent bloc et soutiennent le projet. Jean-Claude Mignon, Député, Colette Mélot, Sénatrice, Bernard Gasnos, Président de la CAMVS, et moi-même unissons nos forces et nos actions pour que le bassin Melunais soit doté de cet équipement de référence.

Jusqu’ici une grande partie de la gauche regardait le projet de loin, sans opposition et sans soutien. Mais soudainement les appétits électoraux ont poussé Sabine Enjalbert, Lionel Walker, le parachuté Olivier Faure, Didier Turba et les autres à créer une actualité pour la campagne. Je regrette cette attitude opportuniste alors que d’autres élus travaillent avec constance. Il est fort heureux que des hommes comme Claude Evin, qui fut Ministre de François Mitterrand, regardent les choses sans arrières-pensées politiques. Aujourd’hui responsable de l’Agence Régionale de Santé Ile-de-France ce dernier a salué la qualité du projet et en a fait la priorité numéro une pour la région francilienne.

Derrière les effets d’annonce, et les opérations de communication électorale, les Seine-et-Marnais ont droit à la vérité. Le fait que l’Etat tarde trop à débloquer l’enveloppe nécessaire au lancement de la construction ne signifie absolument pas qu’elle n’aura pas lieu. Le Ministre de la Santé nous l’a confirmé oralement. Je tenais à écrire ici que l’Etat peut d’ailleurs s’engager d’une autre manière que celle qui consiste à verser une enveloppe globale. Il peut, et c’est une solution que je prône, prendre en charge des annuités d’emprunt ce qui permettrait d’étaler l’effort financier qui lui est demandé. Ce qui est certain c’est qu’un engagement ferme de l’Etat aujourd’hui serait un signe fort devenu indispensable.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s