La concertation au service du territoire

Le 15 mai 2012, j’ai invité tous les Melunais à l’Hôtel de Ville pour une réunion d’information et d’échange sur un sujet majeur pour l’avenir du territoire : le Plan Local d’Urbanisme (PLU). Depuis la loi relative à la Solidarité et au Renouvellement Urbains du 13 décembre 2000, dite loi SRU, il a été décidé de remplacer le Plan d’Occupation des Sols (POS) par le PLU. Ce dernier est, comme l’était déjà le POS, le principal document d’urbanisme pour la planification des évolutions urbanistiques au niveau communal. Après avoir fait voter en Conseil Municipal, le 21 janvier 2010, le principe d’un Plan Local d’Urbanisme de la ville de Melun nous engageons son élaboration.

Comme j’ai pu le dire hier, un changement du cadre juridique est une période complexe à aborder pour une ville et plus encore pour une ville comme Melun qui est engagée dans une restructuration complète de son urbanisme. Avec ce PLU mon ambition est d’atteindre des objectifs en matière d’habitat, de renouvellement urbain et de développement économique avec le souci de préserver et de mettre en valeur le patrimoine environnemental, naturel, paysager et urbain. L’élaboration du PLU de Melun s’accompagne d’une Approche Environnementale de l’Urbanisme (AEU) qui vise à faciliter la prise en compte de l’environnement dans le Plan Local d’Urbanisme.

Le Plan Local d’Urbanisme est fait de quatre composantes. La première d’entre elles est le Rapport de présentation. Il s’agit d’un document d’information et de justification qui fait état de la situation existante et des perspectives d’évolution de la commune. La deuxième est le Plan d’Aménagement et de Développement Durable (PADD). Véritable projet de ville défini par l’équipe municipale, il présente les orientations générales d’aménagement et d’urbanisme retenues pour l’évolution de la commune durant les 10 ou 15 prochaines années en matière d’habitat, d’emploi, d’équipements, de services, de déplacements et d’environnement bâti et naturel.

Viennent en trois les Orientations d’Aménagement et de Programmation (OAP). Les OAP développent le parti-pris d’aménagement que la Ville a retenu sur certains secteurs qu’elle a identifiés comme majeurs pour la mise en œuvre de ses politiques et les orientations portées par le projet d’aménagement et de développement durable. Enfin le Règlement fixe, les règles générales et les servitudes d’utilisation des sols. Le règlement définit en 14 articles, pour chaque zone du PLU, les règles applicables aux terrains. Ceci dit je tenais à faire le bilan du diagnostic présenté hier par le bureau d’étude Territoires Sites et Cités. La place me manquant je consacrerai d’autres billets à ce PLU.

Premier constat fait : la ville de Melun est au cœur d’un environnement remarquable en termes de biodiversité et d’espaces verts. Mais ses jardins partagés et ses espaces verts paraissent mal répartis sur le territoire de la commune ce qui doit nous conduire à réfléchir à l’aménagement de nouveaux jardins partagés, dans le futur éco-quartier par exemple, et à l’implantation de nouveaux espaces verts. L’eau est une donnée essentielle dans notre monde en mutation. L’amélioration de la qualité de l’eau de la Seine est en ce sens une excellente nouvelles. En revanche nous devons être attentifs à celle du ru de l’Almont dont la coulée verte aide à la valorisation et à la protection.

Sur le plan de l’énergie, la Ville a fait depuis 40 ans le choix de valoriser le chauffage géothermique pour un certain nombre d’habitats collectifs. C’est un choix dont nous récoltons aujourd’hui les fruits à l’heure de l’augmentation du prix des énergies fossiles et à l’heure où les énergies renouvelables deviennent une nécessité. Le fait qu’à Melun les logements soient à 80% des appartements est extrêmement positif sur le plan énergétique car la mitoyenneté diminue les pertes. La Ville a également porté l’effort sur l’éclairage public avec l’utilisation d’ampoules basses consommation. Grâce à cela Melun a une densité lumineuse plus forte, 64 points lumineux  par km alors que les villes de la même catégorie en ont 43, avec une consommation plus économe que les villes comparables.

La question du bien vivre dans sa ville c’est aussi celle de la tranquillité des habitants face aux nuisances sonores. La circulation routière saturée provoque sur certains axes de la ville des nuisances devenues trop importantes. Je milite depuis des années pour une voie de contournement qui m’est refusée par la majorité PS-EELV au Conseil Général et à la Région. Ce contournement est pourtant le seul moyen de désengorger certains axes saturés, dont l’Avenue Thiers. Et que ceux qui portent la responsabilité de cet échec ne disent pas que ce trafic est local. Qui croit encore que les 5 000 camions qui traversent Melun tous les jours limitent leurs trajets à l’agglomération ? Personne.

Chacun connait mon engagement pour un urbanisme à taille humaine et au service de la qualité de vie. Depuis 10 ans maintenant je travaille en ce sens pour modeler le visage du Melun de demain et cela malgré les vents contraires qui soufflent parfois puissamment. Cette réunion publique s’inscrit dans une démarche instaurée depuis plusieurs années maintenant et qui consiste à faire des habitants les acteurs du changement. Parce que les décisions qui sont prises impactent leur quotidien avec force il est normal que le Maire que je suis entendent leurs questions et leurs avis. L’échange d’hier le montre, les Melunais sont créatifs en matière urbanistique. A moi de faire cohabiter imagination et réalisme.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s