Contrairement au Gouvernement, à Melun, nous n’augmentons pas les impôts

Le Gouvernement de Jean-Marc Ayrault a récemment présenté son projet de loi de finances pour 2013 comme je l’avais expliqué le 8 octobre dernier sur ce blog.  Il a donc été décidé que l’effort demandé pèserait sur deux tiers sur les recettes ; le tiers restant étant compensé par une réduction des dépenses. Les impôts ont donc été choisis pour répondre au problème du déficit public. On peut légitimement s’interroger sur ce choix.

Au regard de la situation, il était sans doute normal de demander aux Français un effort. Toutefois, je pense que tout est question de mesure et de tempérance. Comme l’a justement rappelé François Fillon il y a quelques jours, la Cour des Comptes avait préconisé 50% d’économies et 50% d’augmentation d’impôts. Je pense également qu’il n’était pas nécessaire de demander d’accroître de manière si importante l’imposition. En outre, quand François Hollande rétorque que cela ne touchera qu’un Français sur dix, il ment délibérément. Son premier ministre a ainsi du préciser peu après que c’était à revenu constant !

La voie que le précédent Gouvernement avait choisie, c’est-à-dire celle de réduire les déficits en diminuant les dépenses de l’Etat, était la meilleure et je regrette qu’elle ne soit pas prolongée. Les Français commencent d’ailleurs à se rendre compte de leur erreur.

Deux axes se dégageront de la politique de la gauche. D’une part, il en résultera une baisse de la consommation et donc un accroissement de l’épargne. De l’autre, cela affaiblira notre compétitivité et notre croissance, ce qui provoquera l’augmentation du nombre de demandeurs d’emploi.

De plus, ce sont, en réalité, 100% des français qui paieront des impôts. Parmi les mesures fiscales les plus importantes ou les plus symboliques, on peut notamment citer :

–          l’abaissement du plafond du quotient familial ou la suppression de la déclaration au forfait pour les emplois à domicile qui toucheront les familles

–          l’instauration d’une taxe de 0,15% qui sera portée à 0,30% d’ici deux

–          l’augmentation des impôts sur les grands groupes qui aura des répercussions sur les Petites et Moyennes Entreprises qui, bien souvent, sous-traitent

En résumé, cela abaissera le pouvoir d’achat de nos concitoyens. C’est la raison pour laquelle à Melun, nous avons fait le choix de ne pas augmenter le taux des prélèvements depuis 2002 afin de ne pas trop pénaliser les contribuables et ne pas grever leur pouvoir d’achat. Ainsi, ni la taxe d’habitation, ni le foncier bâti, ni le foncier non bâti n’ont évolué depuis cette année. Nous avons également fait progresser l’autofinancement et mieux maîtriser les charges. Malgré cela, nous sommes parvenus à investir grâce à un recentrage vers des choses essentielles telles que les rénovations et les réhabilitations des quartiers ou des investissements en lien avec la sécurité des melunais.

En définitive, je pense qu’en matière de finances, il faut savoir hiérarchiser les dépenses dont on a le plus besoin. Les socialistes sont incapables de fixer des priorités pour la France et demande donc, en contrepartie, des efforts colossaux aux Français. Nous en paierons les pots cassés.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s