L’adjoint au Maire de Noisiel tente de montrer les muscles

Parti très (trop ?) tôt en campagne, l’adjoint au Maire de Noisiel en est déjà à recevoir des « personnalités » pour le soutenir.

Ainsi, samedi dernier, Nicole Bricq, ministre socialiste du Commerce extérieur, est venue apporter son soutien et donner quelques leçons d’économie. Bien mauvaise porte-parole au demeurant.

Première ministre de l’écologie du Gouvernement Ayrault et première ministre « déplacée » suite à un couac dont cette majorité socialiste a le secret, la voilà désormais au Commerce extérieur. Madame Bricq serait légitime pour parler d’économie si son incompétence notoire n’était pas régulièrement relevée par le monde patronal, les enseignants en économie et les magazines spécialisés, comme encore récemment dans Challenges.

Par ailleurs, il est assez risible qu’un ministre de ce Gouvernement s’arroge la vertu de la lutte pour l’emploi et pour le dynamisme économique à Melun ou ailleurs. En effet, depuis l’arrivée au pouvoir des socialistes, la France a connu plus de 300 000 chômeurs supplémentaires à 3,28 millions, record absolu dans l’histoire économique de notre pays. L’augmentation spectaculaire des impôts en 2012, en 2013 et celle prévue pour 2014, a considérablement réduit le pouvoir d’achat des Français et a cassé notre croissance, poussant le candidat devenu Président à revoir drastiquement ses prévisions de croissance à la baisse et ses prévisions de déficit à la hausse.

Loin de favoriser le commerce (extérieur ou intérieur), ce Gouvernement a remis en cause pour des raisons idéologiques le statut des auto-entrepreneurs, pourtant très créateur de richesses et pourvoyeur d’emplois. Pour ces mêmes raisons, il a refiscalisé les heures supplémentaires, pourtant très bénéfiques pour les classes moyennes et populaires qu’il prétend défendre. Pour ces mêmes raisons, il a créé la fameuse taxe à 75%, désormais payée par les entreprises, qui pousse de nombreux entrepreneurs à émigrer et de nombreuses entreprises à déménager leurs sièges sociaux, Publicis en est un récent exemple.

Enfin, Madame Bricq s’est permise lors de cette visite melunaise des remarques peu courtoises à l’encontre d’une conseillère municipale de la majorité. Cette attitude n’est pas digne d’un ministre en exercice et n’est pas du niveau de ses responsabilités.

A Melun, mon équipe et moi-même n’avons pas à rougir de notre bilan en matière d’emploi et de développement économique.

Bien sûr, comme partout en France, le chômage a augmenté. Mais il a augmenté moins vite, et c’est pourquoi la zone d’emploi melunaise, dont Melun est évidemment le centre névralgique, présente un taux de chômage de 8,4% contre 10,8% pour la moyenne nationale (chiffres INSEE, 1er trimestre 2013).

Ce chiffre est le fait d’un tissu économique dense et d’un secteur tertiaire performant qui a su résisté et qui résiste encore à la crise. Mais les actions que nous avons menées et que nous continuons à mener ne sont pas non plus étrangères à ce constat.

Nous avons utilisé tous les outils offerts par la précédente majorité et même par la nouvelle (notamment les contrats d’avenir), preuve de notre absence de sectarisme quand il s’agit des Melunais.

Pour aider à l’installation des entreprises à Melun, la Ville a utilisé le dispositif de la Zone Franche Urbaine dès 2004 et pour une durée de 10 ans. Grâce aux différentes exonérations (impôt sur les sociétés, sur le revenu, taxe professionnelle, taxe foncière…) que cette zone permet, ce sont plus de 200 entreprises qui sont venues s’installer à Melun, soit environ 10% du tissu économique melunais. Cette mesure a donc renforcé l’attractivité du territoire.

De même, fin 2011 a été inauguré l’Ecopôle Loïc Baron qui a pour but d’aider les entreprises à s’installer. Pour ce faire, elle propose des loyers attractifs et un pôle administratif. Preuve de son succès, en septembre 2013, 100% des locaux étaient loués.

Pour soutenir l’emploi, Melun recrute et accueille plus de 100 personnes grâce à divers contrats d’insertion professionnelle comme le Contrat Unique d’Insertion (ouvert à tous) et le Contrat d’Avenir (ouvert aux 16-25 ans). Dans cet esprit, la Mairie soutient les jeunes dans leurs cursus  et ouvre donc ses différentes directions aux apprentis issus de CAP, de BAC professionnels, de BTS mais aussi de diplômes de l’enseignement supérieur.

Enfin, comme j’ai déjà pu l’annoncer, la Ville organise pour la 3ème année le Forum de l’Emploi et de l’Avenir. Ce sont plus de 60 entreprises qui viennent proposer environ 2000 emplois à pourvoir rapidement dans la région pour la moitié d’entre eux. C’est un événement majeur qui suscite une forte attente de la part des demandeurs d’emplois et des entreprises qui reviennent chaque année plus nombreuses.

D’autres actions sont en lien avec l’attractivité et l’emploi mais peuvent en paraître éloignées. Ainsi, si je me suis tant battu pour que Melun obtienne le Musée de la Gendarmerie, c’est évidemment pour son rayonnement culturel national, mais c’est aussi pour son économie. En année pleine, ce sont des dizaines de milliers de touristes qui viendront à Melun par le rail, la route et l’eau afin de le visiter. Ce sont autant de touristes qui se restaureront, se promèneront et consommeront.

Ces actions en faveur de l’emploi et de l’activité économique doivent être poursuivies et amplifiées, c’est ce que je m’efforce de faire au quotidien

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s