Melun Cap 2020, retrouvez le site de campagne

Afin de suivre l’actualité de l’équipe Melun Cap 2020 que je conduis pour les élections municipales de mars 2014 à Melun, je vous invite à vous rendre sur le site http://www.melun-cap-2020.fr .

Vous pourrez y retrouver le bilan de l’action que j’ai menée lors de mon mandat 2008-2014, le programme et les propositions que nous formulons pour le prochain mandat, ainsi que les communiqués, tracts et articles de presse concernant la campagne de mon équipe Melun Cap 2020.

Retrouvez également l’actualité de la campagne sur Twitter avec le compte @MelunCap2020 et sur ma page Facebook (Gérard Millet) et celle de Louis Vogel.

Avec vous tous, avec Melun Cap 2020, une équipe pour une ville d’avance !

http://www.melun-cap-2020.fr

Un candidat PS qui ne sait pas compter, non merci !

Ce titre fait écho à celui d’un article paru sur le blog de Monsieur Kalfon, candidat du PS, dans lequel il s’insurge du prix que couterait le pont-levis en projet pour le Musée de la Gendarmerie.

Une nouvelle fois, Monsieur Kalfon ne connaît pas les dossiers melunais, c’est assez normal puisque c’est un élu de Noisiel. Mais est-ce une raison pour écrire n’importe quoi ?

Dans son blog, il claironne que le pont-levis en projet coutera 1,2 millions d’euros ! Malheureusement pour lui, l’estimation pour cet ouvrage qui remplacera un portail d’entrée automatique est de 90 000 euros soit… 13 fois moins que ce qu’il annonce !

Pire, ce qu’il semble ignorer c’est que cette option se révèle moins chère que le classique portail d’entrée automatique pour lequel il aurait fallu reconstruire tout un mur en pierres.

Mais malgré ces grossières erreurs, Monsieur Kalfon persévère. Ne craignant pas de faire pleurer dans les chaumières, il déclare que le prix de ce pont-levis couvrirait le coût de la construction de deux crèches… Patatras, là encore il ne connait pas les réalités économiques et encore moins le montant d’une crèche: que ce soit le prix réel (90 000 euros) ou fantasmé par Monsieur Kalfon (1,2 millions d’euros), aucun ne permettrait de construire deux crèches !

En effet, pour information à l’attention de Monsieur Kalfon, l’estimation du projet de crèche en cours de finalisation dans le cadre de l’Eco-Quartier est de 3 millions d’euros.

Voeux aux Melunais

Vendredi 10 janvier, j’ai présenté mes vœux à la population Melunaise. Si vous n’avez pas pu vous y rendre, je vous invite à en découvrir le texte.

« Madame La Préfète,

Mesdames et Messieurs les parlementaires,

Mesdames et Messieurs les conseillers régionaux,

Mesdames et Messieurs les conseillers généraux,

Monsieur le Président de la Communauté d’Agglomération Melun Val de Seine

Mesdames et Messieurs les Maires, adjoints au Maire, conseillers municipaux, délégués communautaires,

Monsieur le Général commandant l’École des Officiers de la Gendarmerie Nationale et Mesdames et Messieurs les officiers et sous officiers des trois armes,

Mesdames et Messieurs les hauts fonctionnaires de l’État, de la Région, du département, des communes, de l’intercommunalité en vos grades et qualités,

Mesdames et Messieurs les Présidents d’association,

Mesdames, Messieurs, chères Melunaises, chers Melunais,

« Il n’y a rien qui aille aussi vite que le temps », cette sentence tirée des Métamorphoses d’Ovide nous rappelle que chaque début d’année nous célébrons ensemble le temps en devenir en nous projetant personnellement ou collectivement dans l’année qui vient.

En 2014, l’exercice n’est pas facile pour le Maire que je suis. En effet, en raison du temps démocratique qui s’impose à tous en mars prochain, il n’est pas souhaitable de parler de ce qui a été fait pour Melun et les  Melunais et encore moins de ce qui pourrait être fait dans l’avenir. Chacun ici le comprendra et fera preuve d’un peu de patience. D’ici quelques jours, voire quelques semaines, tout ou presque sera dit, écrit, promis et les Melunaises et Melunais choisiront en conscience quelle équipe dirigera la ville et l’agglomération jusqu’en 2020.

Alors Madame la Préfète en ces temps où les sondeurs nous disent que la parole publique est décrédibilisée, que l’action publique est souvent impuissante et qu’au final l’intérêt général est une valeur en déclin, je voudrais à l’occasion de ces vœux, tenter de démontrer que la parole publique peut être crédible, que l’action publique peut être bénéfique à tous et qu’au final l’intérêt général est une valeur d’avenir.

Trop souvent Madame la Préfète, la parole publique est déconsidérée par nos concitoyens, pourquoi ? Parce qu’elle ne s’appuie pas sur un langage de simplicité et de vérité. La communication est trop souvent centrée sur des annonces, sur des promesses, sur des illusions voire des rêves. Mais lorsqu’on exerce un mandat ou de hautes fonctions, ne doit-on pas d’abord avant de parler, écouter et surtout entendre celles et ceux que nous sommes censés représenter et servir ? Pour rendre à la parole publique toute sa crédibilité, il faut en finir avec les caricatures, les dénigrements systématiques, la malhonnêteté intellectuelle érigée en système d’argumentation.

La parole publique, pour être comprise, doit avant tout être simple et sincère. Elle doit être à la fois pédagogue et responsable et ne jamais s’affranchir de la vérité.

Plus facile à dire qu’à faire me direz-vous, j’en conviens bien volontiers, mais mon premier vœu pour 2014 sera que nous tous ici, qui à un titre ou à un autre, sommes dépositaires de la parole publique, soyons attentifs à rendre cette parole crédible si nous voulons servir la démocratie.

Trop souvent l’action publique est jugée sévèrement par nos concitoyens, ils la trouvent impuissante, voire futile, ils n’en perçoivent pas le bénéfice pour tous, pourquoi ?

Agir, Madame la Préfète, Mesdames, Messieurs les élus, Mesdames, Messieurs, ce n’est pas s’agiter comme un poisson dans son bocal, ce n’est pas sous la pression de quelques uns, satisfaire quelques intérêts particuliers, ce n’est pas non plus attendre que l’orage passe, c’est encore moins se précipiter pour faire croire que l’on agit.

Agir lorsque l’on exerce une responsabilité publique c’est d’abord réfléchir, analyser, évaluer les forces et les faiblesses de telle ou telle solution, écouter ceux qui savent mais aussi entendre ceux qui ne savent pas mais qui vivent telle ou telle situation, c’est enfin décider, c’est aussi assumer.

L’action publique a besoin d’être expliquée, elle a besoin aussi parfois de temps pour porter ses fruits, elle a enfin besoin de femmes et d’hommes qui assument ce qu’ils font. Ceux qui sont dans l’action publique ne doivent pas agir en espérant une quelconque reconnaissance, ils doivent agir par contre en espérant que leur action sera bénéfique pour le plus grand nombre.

Plus facile à dire qu’à faire me direz-vous, j’en conviens là aussi aisément, mais je forme le vœu qu’en 2014 toutes celles et tous ceux qui voudront rendre à l‘action publique son efficacité le feront avec suffisamment de courage et d’humilité pour agir sans faiblir. La différence entre la démocratie et la démagogie est là.

Dans quel but, nous qui exerçons des responsabilités publiques, agissons-nous ? Dans celui de satisfaire quelques intérêts particuliers, fussent-ils légitimes, ou dans celui de satisfaire l’intérêt général qui, chacun le sait ici, n’est pas la somme des intérêts particuliers mais plutôt la somme de ce qui fait l’unité d’un pays ou d’une ville.

L’intérêt général n’est pas une valeur en déclin, c’est même ce à quoi aspirent profondément nos concitoyens si l’on en croit les enquêtes d’opinion, et j’ai envie de les croire.

Défendre l’essentiel, renoncer à ce qui divise pour rechercher ce qui unit, mettre en avant les qualités de tous et non pas les talents individuels, c’est cela à mon sens, l’intérêt général. Dans une ville, l’unité est plus précieuse que les différentes catégories sociales qui la composent. Chercher le plus grand dénominateur commun est toujours plus bénéfique que de se contenter du plus petit dénominateur commun. L’intérêt général n’est pas une valeur en déclin, Madame la Préfète, si l’État, les collectivités locales et tous les responsables mettent derrière cette valeur la même chose à savoir : le respect de chacun pour la satisfaction du plus grand nombre.

Plus facile à dire qu’à faire me direz-vous, j’en suis convaincu comme vous tous mais je forme le vœu qu’en 2014, la valeur de l’intérêt général soit au cœur de nos débats démocratiques.

Bien que Cicéron dans l’une de ses maximes célèbres « quot homines, tot sententiae » ce qui peut se traduire par « autant d’hommes, autant d’avis différents » ait célébré la richesse de la pluralité de la pensée humaine, je veux croire qu’en cette année nouvelle nous aurons ensemble la même vision de la parole publique, de l’action publique et de l’intérêt général.

Madame la Préfète, Mesdames et Messieurs les élus, Mesdames, Messieurs, chères Melunaises, chers Melunais, au nom du Conseil Municipal de Melun, je vous souhaite une année 2014 énergique, riche de projets personnels ou collectifs.

Que la maladie ou les épreuves morales vous épargnent autant que faire se peut et que vous trouviez en cette année nouvelle non seulement des raisons de croire en l’avenir mais surtout des raisons de croire en la parole et l’action publiques.

« Il n’y a rien qui aille aussi vite que le temps » aussi prenons le temps de vivre pleinement et intensément cette année 2014 avec celles et ceux que nous aimons.

Bonne, belle et constructive année 2014 à tous. »

Opération coup de poing à l’Almont

La politique de fermeté que nous appliquons depuis maintenant deux ans avec Patricia Astruc, et mes interventions répétées auprès des services de l’État et notamment de la Police nationale, portent leurs fruits.

Pas une semaine ne passe sans que la presse (Le Parisien ou La République de Seine-et-Marne) ne se fasse l’écho d’une arrestation ou d’une condamnation de trafiquants ou de délinquants.

Dernièrement, la police municipale et la police nationale ont mené conjointement une opération coup de poing à l’Almont afin de démanteler un réseau de trafiquants de drogue.

Avertis par les riverains, mon cabinet et moi-même avons mis en mouvement la police municipale et nationale afin que ce trafic cesse. Après plusieurs sessions de surveillance discrète de jour comme de nuit, la police municipale aidée d’une équipe cynophile et de deux brigade anti-criminalité de la police nationale, ont bouclé le quartier et ont pu mettre à jour tout un réseau et arrêter 5 personnes.

Dans ce genre de combat, la volonté politique paye.

Melun toujours en dynamique

Comme l’a constaté La République de Seine-et-Marne, de nombreux projets sont prévus dans le département et notamment à Melun et dans l’agglomération Melun Val de Seine.

Confirmant son rôle moteur dans l’agglomération et le département, en tant que premier pôle économique et d’emploi de Seine-et-Marne, Melun entend bien profiter du Grand Paris qui se dessine pour valoriser ainsi son territoire. C’est pourquoi j’ai lancé, avec l’agglomération, le projet du quartier « Centre Gare ». Nous allons y créer, à 25 minutes de Paris, un quartier d’affaires « nouvelle génération » : connecté, vivant et urbain avec 40 000 m2 de tertiaire, 3 000 m2 de commerces et des logements.

Il s’agit ici d’attirer les investisseurs et donc les emplois. Grâce à ce projet, dont les modalités seront décidées en concertation avec tous les acteurs (habitants, commerçants, élus locaux, entreprises de service public…), nous renforçons notre attractivité auprès des entreprises mais aussi en matière résidentielle et universitaire. Sur ce dernier point, l’aide précieuse qu’apportera Louis Vogel, ancien Président de l’Université Paris II Panthéon-Assas, déjà implantée sur l’Île Saint-Etienne, sera déterminante et c’est pourquoi j’ai souhaité qu’il participe pleinement à ce projet.

Malgré la situation économique nationale et le carcan que nous imposent les socialistes au pouvoir, nous travaillons déjà, avec Louis Vogel et l’ensemble de mon équipe, et en pleine coopération avec l’agglomération Melun Val de Seine, à la redynamisation de l’économie de Melun.

Nous construisons l’avenir et le quotidien des Melunais.

Lancement de ma campagne aux côtés de Louis VOGEL

Voici l’article de La République de Seine-et-Marne sur la conférence de presse que j’ai tenue mercredi 6 novembre pour le lancement de ma campagne pour les élections municipales de mars 2014.

Louis VOGEL et moi y avons présenté notre ticket et quelques grandes lignes de notre programme, notamment le développement de l’offre universitaire à Melun afin d’atteindre, à terme, les 10 000 étudiants.

Je suis très heureux que Louis VOGEL ait accepté de se joindre à moi pour ce nouveau mandat. Le ticket que je fais avec Louis VOGEL c’est d’abord l’histoire d’une rencontre, moi avec lui et lui avec Melun. Cela fait maintenant plus de 6 ans que je le connais.

Lorsqu’il était Président de l’Université Paris II Panthéon-Assas, il a fortement contribué au développement du centre universitaire de Melun, sentant, comme moi, le formidable potentiel de la Ville.

Comme il me l’a dit, Melun fut pour lui, à cette époque, une vraie découverte. Et très vite, il m’a fait part de son envie de s’investir pour l’avenir de Melun.

Aujourd’hui, plus libre de ses mouvements et de son temps, il a choisi de venir à mes côtés, sans arrière-pensées, sans plan de carrière, lui qui fut déjà au sommet comme Président de la Conférence des Universités.

Il sera l’image la plus emblématique d’une équipe largement renouvelée, moins de la moitié des membres de la majorité actuelle se représentant, qui accompagnera les Melunais dans leur quotidien et saura préparer la Ville pour ses défis futurs.

Il est très important pour nous que Melun préserve les Melunais de cette politique désastreuse menée au niveau national par le Parti Socialiste. Nous souhaitons notamment redonner du pouvoir d’achat aux Melunais.

Notre programme, que nous présenterons bientôt, sera résolument tourné vers l’avenir, afin de poursuivre le développement de Melun. Après le Musée de la Gendarmerie qui attirera des dizaines de milliers de touristes dans nos commerces ; après la construction du nouveau pôle hospitalier qui fournira à tous un haut niveau de soin et une disponibilité améliorée ; après l’amélioration des transports en commun, des conditions de stationnement et la création de pistes cyclables, et la réorganisation du pôle Gare, qui fluidifieront les transports et optimiseront les dessertes tant en terme d’amplitude horaire que de régularité ; l’avenir de Melun passera par le développement du pôle universitaire, en coopération avec l’agglomération, afin d’attirer les étudiants, les formations et les entreprises utiles à notre bassin de vie.

In fine, c’est l’emploi et le développement économique qui sont visés.

Notre programme sera également résolument tourné vers les Melunais : pour préserver leur pouvoir d’achat, nous nous engageons à ne pas augmenter les impôts pendant le mandat, ce qui a déjà été fait depuis 2009. Sécurité, propreté, culture, solidarité avec les plus jeunes, les plus âgés, les plus fragiles, handicap, éducation, sport, développement durable… Rien ne sera oublié.

Nous construisons l’avenir et le quotidien des Melunais.

2013-11-11 Millet-Vogel

Gérard MILLET – Louis VOGEL : Le ticket gagnant pour MELUN

Dans cinq mois, les 23 et 30 mars 2014, les Melunaises et les Melunais auront à choisir clairement l’équipe qui dirigera la Ville et l’Agglomération Melun Val de Seine jusqu’en 2020.

Gérard MILLET et Louis VOGEL ont décidé de former un ticket gagnant pour emmener une liste renouvelée, passionnée par MELUN et ses habitants, capable par son expérience, ses compétences mais aussi ses nouveaux talents, de dynamiser toujours davantage la Ville et l’Agglomération Melun Val de Seine, dans l’intérêt de tous.

Gérard MILLET, tête de liste, Maire depuis 2002, est connu pour son honnêteté, sa simplicité, sa proximité et sa parfaite connaissance de tous les dossiers melunais.

Louis VOGEL est Professeur de Droit privé, Avocat, ancien Président de l’Université PARIS II ASSAS dont un pôle est implanté à Melun depuis 1987 et qu’il a fortement contribué à développer. De 2010 à 2012, il fut le Président de la Conférence des Présidents d’Universités, le véritable porte-parole des universités françaises. C’est un homme d’envergure qui fait équipe avec Gérard MILLET et qui met son expérience au service de Melun pour prendre son relais et conduire la Ville et l’Agglomération sur la route de l’avenir.

Si les Melunaises et les Melunais leur accordent leur confiance :

Gérard MILLET conduira l’équipe, c’est la place qui lui revient tout naturellement.

Louis VOGEL sera son Premier Adjoint et le candidat de la Ville à la Présidence de la Communauté d’Agglomération Melun Val de Seine.

Voir loin pour MELUN, au plus près des préoccupations et des ambitions des Melunais, sera la ligne de conduite de ces deux personnalités complémentaires. 

Autour de Gérard MILLET et de Louis VOGEL se constitue une équipe légitime, enthousiaste, pleinement investie dans la vie melunaise, riche d’expérience de terrain, ouverte sur le plan politique, fidèle aux valeurs républicaines, notamment celles de la Droite et du Centre :

La sécurité pour tous

L’éducation, le sport et la culture pour tous

Le développement économique et l’emploi

Le pouvoir d’achat

La solidarité entre tous les Melunais

Le développement durable, enjeu planétaire mais aussi local pour mieux vivre ensemble.

Avec leur équipe,

Gérard MILLET et Louis VOGEL proposent

L’alliance de l’expérience et du renouveau

La fidélité à leurs engagements politiques

Le respect des électeurs melunais

L’ambition de faire gagner les melunais en leur proposant un nouveau projet pour MELUN et l’Agglomération

Leur refus d’augmenter les impôts locaux et leur volonté de diminuer la dépense publique en associant tous les acteurs aux choix budgétaires.

Avec Gérard MILLET et Louis VOGEL

Les Melunais seront écoutés, respectés et associés à l’avenir de leur Ville