Quel niveau !

L’article du Parisien que je reproduis ici se fait l’écho d’une question posée par un élu dissident de la majorité municipale lors du dernier Conseil municipal et que je considère comme déplacée.

Cet élu a remis en cause le choix fait par l’association Astrocafé pour la gestion de ce lieu de restauration voisin de la Médiathèque. Pourquoi ? Parce que le restaurateur, choisi à l’unanimité par le Conseil d’administration de l’Astrocafé, a son épouse (enseignante) qui figure sur ma liste pour les prochaines élections municipales ! Quel rapport ?

Au-delà du manque d’intérêt flagrant de cette question, se pose évidemment l’insinuation du conflit d’intérêt, et c’est pourquoi je réagis.

Ce restaurateur a pris la gestion de l’Astrocafé pour sauver l’établissement, il ne demande rien à la Ville et ne perçoit aucune rémunération pour cela.

Les oppositions municipales, anciennes ou nouvelles, semblent vouloir tirer cette campagne vers le bas. Après la lamentable publication d’une correspondance privée entre Monsieur JULLEMIER et moi-même, vite retirée de sa page Facebook (sans doute a-t-il compris son erreur), ce même groupe d’opposants en vient aujourd’hui à remettre en cause mon intégrité.

Je comprends qu’il soit difficile de mener campagne et de se démarquer lorsqu’on a tout voté et tout soutenu pendant 12 ans, mais les Melunais méritent mieux que ces insinuations et ces coups bas.

Je continuerai donc mon travail mais ne me laisserai pas intimider par des insinuations à la limite de la calomnie.

2013-12-03 Cuisinier Astrocafé

Publicités

Melun toujours en dynamique

Comme l’a constaté La République de Seine-et-Marne, de nombreux projets sont prévus dans le département et notamment à Melun et dans l’agglomération Melun Val de Seine.

Confirmant son rôle moteur dans l’agglomération et le département, en tant que premier pôle économique et d’emploi de Seine-et-Marne, Melun entend bien profiter du Grand Paris qui se dessine pour valoriser ainsi son territoire. C’est pourquoi j’ai lancé, avec l’agglomération, le projet du quartier « Centre Gare ». Nous allons y créer, à 25 minutes de Paris, un quartier d’affaires « nouvelle génération » : connecté, vivant et urbain avec 40 000 m2 de tertiaire, 3 000 m2 de commerces et des logements.

Il s’agit ici d’attirer les investisseurs et donc les emplois. Grâce à ce projet, dont les modalités seront décidées en concertation avec tous les acteurs (habitants, commerçants, élus locaux, entreprises de service public…), nous renforçons notre attractivité auprès des entreprises mais aussi en matière résidentielle et universitaire. Sur ce dernier point, l’aide précieuse qu’apportera Louis Vogel, ancien Président de l’Université Paris II Panthéon-Assas, déjà implantée sur l’Île Saint-Etienne, sera déterminante et c’est pourquoi j’ai souhaité qu’il participe pleinement à ce projet.

Malgré la situation économique nationale et le carcan que nous imposent les socialistes au pouvoir, nous travaillons déjà, avec Louis Vogel et l’ensemble de mon équipe, et en pleine coopération avec l’agglomération Melun Val de Seine, à la redynamisation de l’économie de Melun.

Nous construisons l’avenir et le quotidien des Melunais.

La nouvelle école de l’Almont reconnue modèle en matière de production et de consommation d’énergie

Encore une fois, les efforts de la Ville ont porté leurs fruits. En effet, le jury de l’Agence pour l’Environnement et la Maîtrise de l’Énergie (ADEME) vient de consacrer l’École maternelle de l’Almont. Cette Agence accepte donc de soutenir financièrement et techniquement cette construction qui en fera une « école pilote » et un des bâtiments exemplaires sur le secteur Île-de-France.

Le développement durable n’est pas un vain mot pour mon équipe et moi-même, ce n’est pas non plus une étiquette que l’on collectionne, c’est une politique volontariste au service du mieux-vivre pour tous les Melunais.

2013-11-18 Ecole Almont

Lancement de ma campagne aux côtés de Louis VOGEL

Voici l’article de La République de Seine-et-Marne sur la conférence de presse que j’ai tenue mercredi 6 novembre pour le lancement de ma campagne pour les élections municipales de mars 2014.

Louis VOGEL et moi y avons présenté notre ticket et quelques grandes lignes de notre programme, notamment le développement de l’offre universitaire à Melun afin d’atteindre, à terme, les 10 000 étudiants.

Je suis très heureux que Louis VOGEL ait accepté de se joindre à moi pour ce nouveau mandat. Le ticket que je fais avec Louis VOGEL c’est d’abord l’histoire d’une rencontre, moi avec lui et lui avec Melun. Cela fait maintenant plus de 6 ans que je le connais.

Lorsqu’il était Président de l’Université Paris II Panthéon-Assas, il a fortement contribué au développement du centre universitaire de Melun, sentant, comme moi, le formidable potentiel de la Ville.

Comme il me l’a dit, Melun fut pour lui, à cette époque, une vraie découverte. Et très vite, il m’a fait part de son envie de s’investir pour l’avenir de Melun.

Aujourd’hui, plus libre de ses mouvements et de son temps, il a choisi de venir à mes côtés, sans arrière-pensées, sans plan de carrière, lui qui fut déjà au sommet comme Président de la Conférence des Universités.

Il sera l’image la plus emblématique d’une équipe largement renouvelée, moins de la moitié des membres de la majorité actuelle se représentant, qui accompagnera les Melunais dans leur quotidien et saura préparer la Ville pour ses défis futurs.

Il est très important pour nous que Melun préserve les Melunais de cette politique désastreuse menée au niveau national par le Parti Socialiste. Nous souhaitons notamment redonner du pouvoir d’achat aux Melunais.

Notre programme, que nous présenterons bientôt, sera résolument tourné vers l’avenir, afin de poursuivre le développement de Melun. Après le Musée de la Gendarmerie qui attirera des dizaines de milliers de touristes dans nos commerces ; après la construction du nouveau pôle hospitalier qui fournira à tous un haut niveau de soin et une disponibilité améliorée ; après l’amélioration des transports en commun, des conditions de stationnement et la création de pistes cyclables, et la réorganisation du pôle Gare, qui fluidifieront les transports et optimiseront les dessertes tant en terme d’amplitude horaire que de régularité ; l’avenir de Melun passera par le développement du pôle universitaire, en coopération avec l’agglomération, afin d’attirer les étudiants, les formations et les entreprises utiles à notre bassin de vie.

In fine, c’est l’emploi et le développement économique qui sont visés.

Notre programme sera également résolument tourné vers les Melunais : pour préserver leur pouvoir d’achat, nous nous engageons à ne pas augmenter les impôts pendant le mandat, ce qui a déjà été fait depuis 2009. Sécurité, propreté, culture, solidarité avec les plus jeunes, les plus âgés, les plus fragiles, handicap, éducation, sport, développement durable… Rien ne sera oublié.

Nous construisons l’avenir et le quotidien des Melunais.

2013-11-11 Millet-Vogel

Gérard MILLET – Louis VOGEL : Le ticket gagnant pour MELUN

Dans cinq mois, les 23 et 30 mars 2014, les Melunaises et les Melunais auront à choisir clairement l’équipe qui dirigera la Ville et l’Agglomération Melun Val de Seine jusqu’en 2020.

Gérard MILLET et Louis VOGEL ont décidé de former un ticket gagnant pour emmener une liste renouvelée, passionnée par MELUN et ses habitants, capable par son expérience, ses compétences mais aussi ses nouveaux talents, de dynamiser toujours davantage la Ville et l’Agglomération Melun Val de Seine, dans l’intérêt de tous.

Gérard MILLET, tête de liste, Maire depuis 2002, est connu pour son honnêteté, sa simplicité, sa proximité et sa parfaite connaissance de tous les dossiers melunais.

Louis VOGEL est Professeur de Droit privé, Avocat, ancien Président de l’Université PARIS II ASSAS dont un pôle est implanté à Melun depuis 1987 et qu’il a fortement contribué à développer. De 2010 à 2012, il fut le Président de la Conférence des Présidents d’Universités, le véritable porte-parole des universités françaises. C’est un homme d’envergure qui fait équipe avec Gérard MILLET et qui met son expérience au service de Melun pour prendre son relais et conduire la Ville et l’Agglomération sur la route de l’avenir.

Si les Melunaises et les Melunais leur accordent leur confiance :

Gérard MILLET conduira l’équipe, c’est la place qui lui revient tout naturellement.

Louis VOGEL sera son Premier Adjoint et le candidat de la Ville à la Présidence de la Communauté d’Agglomération Melun Val de Seine.

Voir loin pour MELUN, au plus près des préoccupations et des ambitions des Melunais, sera la ligne de conduite de ces deux personnalités complémentaires. 

Autour de Gérard MILLET et de Louis VOGEL se constitue une équipe légitime, enthousiaste, pleinement investie dans la vie melunaise, riche d’expérience de terrain, ouverte sur le plan politique, fidèle aux valeurs républicaines, notamment celles de la Droite et du Centre :

La sécurité pour tous

L’éducation, le sport et la culture pour tous

Le développement économique et l’emploi

Le pouvoir d’achat

La solidarité entre tous les Melunais

Le développement durable, enjeu planétaire mais aussi local pour mieux vivre ensemble.

Avec leur équipe,

Gérard MILLET et Louis VOGEL proposent

L’alliance de l’expérience et du renouveau

La fidélité à leurs engagements politiques

Le respect des électeurs melunais

L’ambition de faire gagner les melunais en leur proposant un nouveau projet pour MELUN et l’Agglomération

Leur refus d’augmenter les impôts locaux et leur volonté de diminuer la dépense publique en associant tous les acteurs aux choix budgétaires.

Avec Gérard MILLET et Louis VOGEL

Les Melunais seront écoutés, respectés et associés à l’avenir de leur Ville 

CONSEIL MUNICIPAL : les élus socialistes ont encore du travail pour maitriser leurs dossiers

Mon équipe et moi-même ne sommes nullement impressionnés par les critiques et les remarques de l’Opposition Socialiste, contrairement aux assertions des amis de Monsieur KALFON. Le Conseil Municipal du 26 septembre 2013 a démontré notre parfaite connaissance des dossiers et, par comparaison, l’ignorance des dossiers et les arrières pensées de l’Opposition à l’approche des élections municipales.

A propos des immeubles vendus à Melun, il n’y a aucun sujet de contestation possible : l’immeuble du boulevard Victor Hugo appartient à la Ville, il abrite l’actuel Conservatoire de Musique et de Danse et sa vente est prévue dans le plan de financement du nouveau Conservatoire. Le dossier est totalement transparent, il fera l’objet d’une mise en concurrence et ce n’est pas seulement le critère prix qui sera essentiel mais également la qualité des logements qui seront réalisés dans cet immeuble et ses dépendances. J’ai été clair sur le sujet mais l’Opposition est visiblement sourde.

Pour l’immeuble place de la Porte de Paris, c’est le Conseil Général qui en est le propriétaire, c’est lui qui vend et le projet immobilier concerne des logements haut de gamme, il n’y a donc pas le risque de voir cet immeuble dévalorisé. Là encore, l’Opposition n’a pas bien lu le dossier.

Locaux quartier de la Plaine de Montaigu

Contrairement à ce qu’affirme l’Opposition Socialiste, qui a toujours voté contre ce projet et qui rêvait de faire sur la Plaine de Montaigu des logements sociaux supplémentaires et des boîtes à chaussures pour accueillir des entreprises, mon équipe et moi-même défendons un projet d’Eco Quartier ambitieux qui permettra d’augmenter sensiblement sur Melun le nombre de propriétaires occupants.

L’avenant qui a été présenté était purement technique et il est faux d’affirmer que les bâtiments qui seront construits verront leur performance énergétique amoindrie, c’est tout le contraire qui sera réalisé.

Quant à la création d’emplois sur le site, visiblement les Socialistes locaux ne connaissent pas leur géographie locale car c’est de l’autre côté de la route de Voisenon qu’est prévue une zone d’activités entre Melun et Rubelles, celle-ci est de compétence communautaire et le projet avance à grands pas. Il y aura donc des emplois sur la Plaine de Montaigu, n’en déplaise à Monsieur KALFON et à ses amis qui, une fois de plus, ont perdu une occasion de se taire.

Le rapport d’activités de la Communauté d’Agglomération Melun Val de Seine

Chaque année, drapés dans le Code Général des Collectivités Territoriales, les Elus Socialistes et MODEM font le coup du : « vous ne respectez pas les textes ». Désolé mais c’est faux. L’esprit des textes est parfaitement respecté car ce n’est pas deux fois par an que les Elus de Melun qui siègent à la Communauté rendent compte de leur activité au sein du Conseil Communautaire mais quasiment six ou sept fois par an lorsque des dossiers impactant la Ville et la Communauté sont débattus en Conseil Municipal. Les comptes rendus du Conseil Municipal en témoignent largement.

Cantine scolaire

Décidément, la délégation de service public gène les Elus Socialistes qui n’ont toujours pas compris que dans DSP, il y a « service public ».

Contrairement à ce qu’a écrit Monsieur KALFON, la Commission des Menus s’est régulièrement réunie, à savoir : le 10 mai 2012, le 12 septembre 2012, le 5 décembre 2012, le 20 février 2013, le 25 mai 2013, le 11 septembre 2013. Ont siégé dans cette Commission des parents d’élèves élus, des directrices et directeurs d’écoles, des directrices de Centres de Loisirs, des Chefs de cuisine et leur second, la Directrice de l’Education, le représentant d’ELIOR, le responsable de la cuisine centrale de MONTEREAU, la diététicienne et la personne de la Ville qui est l’interface avec la Société ELIOR.

Une fois encore, les Elus Socialistes font de l’à peu près dans leurs critiques mais démontrent qu’ils ne connaissent rien à la réalité de la gestion municipale.

Quant à la Commission des usagers, soit disant dans le contrat de la DSP, il ne s’agit en aucune manière de cela mais de la Commission Consultative des Services Publics Locaux pour laquelle la Ville s’était engagée, c’est vrai, à ce que des parents d’élèves puissent siéger lorsque le Délégataire viendra rendre compte du fonctionnement de sa délégation. La réunion est fixée au 5 novembre prochain et des représentants des parents ont été invités à cette réunion.

Pour ce qui est des questions posées en fin de Conseil, notamment celle relative à l’application de la loi à propos de la dotation versée aux écoles privées, j’ai rappelé que la Ville respectait scrupuleusement la loi et que la dotation versée par élève pour une école privée correspondait au coût d’un élève dans une école publique de Melun. Je me suis d’ailleurs engagé à fournir un calcul précis de ce coût/élève.

On voit bien où l’Opposition Socialiste veut en venir, à savoir faire croire que la Ville traite mieux les élèves des écoles privées que ceux des écoles publiques. Non seulement c’est faux mais c’est vraiment une honte d’essayer de rallumer à Melun une guerre scolaire. Les familles qui mettent leurs enfants dans les écoles privées sauront juger ce type de comportement.

Enfin, pour ce qui est de la reconstruction de l’aire de jeux aux Cités Lebon, il est encore faux d’affirmer que ce quartier est abandonné. La Ville négocie actuellement avec la Société La Sablière pour que l’aire de jeux qui a été démontée par La Sablière soit reconstruite sur un terrain dont la Ville serait désormais propriétaire. Le coût de reconstruction de cette aire de jeux est d’environ 70 000 € et la Ville entend bien demander à la Sablière de participer au financement d’un équipement qu’elle a démoli sans en informer la Ville au préalable.

J’ai rencontré lors d’une réunion plus de 80 % des habitants des Cités Lebon et ceux-ci ont donné leur plein accord pour qu’aucun logement supplémentaire ne soit construit à cet endroit et pour qu’une, voire deux, aires de jeux soient réalisées pour les enfants du quartier. C’est ce qui sera fait.

Succès pour le Forum de l’Emploi

Hier se tenait au Gymnase Lespiat, le 3ème Forum de l’Emploi et de l’Avenir de Melun. Je m’y suis rendu une grande partie de la journée et j’ai pu constater le succès de cet événement. Même si les chiffres définitifs ne sont pas encore connus, je peux, sans trop m’avancer, annoncer que l’affluence fut bien supérieure aux années précédentes.

Certes, cette bonne nouvelle n’en est pas vraiment une, car cela signifie que le besoin en emploi est très aigu. Cependant, il faut y voir également du positif en ce sens que les demandeurs d’emploi ne restent pas inactifs et sont très intéressés par ce genre événements.

Tout au long de cette journée, accompagné de mon équipe, j’ai rencontré les entreprises de Melun et d’ailleurs venues proposer des postes. J’ai pu discuter avec elles du marché de l’emploi dans le bassin melunais mais aussi évoquer les difficultés que ces sociétés rencontrent tous les jours : impôts en forte augmentation, contraintes administratives, découragement de l’investissement… Même si bon nombre de ces entreprises tentent de s’adapter aux nouvelles mesures prises par le Gouvernement socialiste, force est de constater que les entrepreneurs se sentent écrasés et mal considérés, c’est peu dire, par cette majorité PS qui ne semble pas comprendre le monde entrepreneurial.FEM

J’ai également rencontré les demandeurs d’emploi, jeunes ou moins jeunes, venus en nombre à ce Forum. J’ai pu constater leur implication dans cette recherche d’emploi, certains n’ayant pas hésité à repérer les stands et les entreprises qui les intéressaient plusieurs jours à l’avance grâce aux plaquettes distribuées un peu partout par la Mairie.

Beaucoup d’entre eux m’ont remercié pour cette initiative, se réjouissant que la Mairie facilite les rencontres entre demandeurs d’emploi et entreprises, alors même que ça n’est pas une de ses missions premières. De même, certaines personnes venues sans but précis ont pu repartir avec des projets de formations professionnelles qui leur ont ouvert un nouvel horizon.

Ce contact humain, rendu plus facile par ce cadre moins officiel qu’un strict entretien, a favorisé des échanges plus constructifs entre les entreprises et les demandeurs d’emploi.

Je suis heureux que nous parvenions à aider ceux qui en ont besoin grâce notre politique volontariste.

Un bilan de ce Forum sera prochainement réalisé pour connaître l’impact réel qu’il a pu avoir sur l’emploi.