Discours à l’occasion du Conseil municipal d’installation

 » Chers Collègues membres du Conseil Municipal de Melun,
Madame la Sénatrice, Chère Colette,
Mesdames et Messieurs les anciens Elus de Melun (je salue en particulier Jacques MARINELLI, Ancien Maire de Melun)
Mesdames et Messieurs les Hauts Fonctionnaires de la Ville en vos grades et qualités
Mesdames, Messieurs, Chers Amis,

Ma première pensée en ce jour va aux 4 599 Melunaises et Melunais qui nous ont accordé leur confiance pour diriger la Ville Préfecture jusqu’en 2020 sans pour autant oublier ceux qui n’ont pas voté pour nous. C’est du fond du cœur que je leur dis merci en mon nom, en celui de Louis VOGEL et de toutes les femmes et les hommes qui composent l’équipe MELUN CAP 2020.

Aux Melunais qui n’ont pas voté pour nous ou qui se sont abstenus, je dis aussi que nous travaillerons pour eux, pour améliorer leur vie quotidienne et pour faire en sorte que notre Ville soit une ville unie, harmonieuse, solidaire et fraternelle.

Ce n’est pas sans émotion que j’ai reçu il y a quelques instants pour la troisième fois des mains de notre Doyen, Xavier LUCIANI, cette écharpe de Maire. Elle symbolise à la fois le poids des responsabilités qui pèse sur un Maire, le service de la « res publica », c’est-à-dire de la chose publique, à travers les fonctions de Premier Magistrat de la commune et la défense de l’intérêt général au profit de tous les Melunais sans exception.

Etre Maire, c’est être au service des Melunaises et des Melunais ainsi qu’au service de vous tous Elus de Melun que vous apparteniez à la Majorité ou à l’Opposition.

Etre au service jusqu’au jour où, comme je m’y suis clairement engagé durant la campagne, et dans le cadre du ticket, je passerai le relais à Louis VOGEL, mon Premier Adjoint, dans le courant du premier tiers de mon mandat.

Etre Maire, ce n’est pas être partisan, c’est être passionné pour sa ville, pour le projet que l’on a porté avec tous ses colistiers au cours de la campagne électorale et ce projet, c’est celui de MELUN CAP 2020.

Chers Collègues élus de MELUN CAP 2020 mais vous aussi membres de l’équipe MELUN CAP 2020 qui n’êtes pas élus, je vous dis un immense merci pour votre engagement dans la campagne électorale.

Vous avez été autour du ticket que j’ai formé avec Louis VOGEL, comme des fourmis bâtissant jour après jour dans le respect des adversaires la victoire que les Melunaises et les Melunais nous ont apporté le 30 mars dernier.

Sans vous, sans l’exceptionnel Comité de soutien, présidé par mon amie la Sénatrice Colette MELOT, nous n’aurions pas pu faire partager notre projet et nos idées à une majorité de Melunais pour conduire Melun et son agglomération sur le chemin du renouveau.

A la différence de notre opposition, nous n’avons pas eu besoin d’un déferlement médiatique pour gagner. Nos relais étaient dans la population, dans toutes les catégories de la population melunaise et une fois de plus, il est démontré que ce qui fait la victoire, ce n’est pas l’apparence mais la crédibilité.

Mon alliance avec Louis VOGEL, basée sur l’expérience et le renouveau, a permis de l’emporter et d’être crédible auprès de tous les Melunais.

Cette crédibilité de la parole publique de MELUN CAP 2020, de ses engagements, a été plus forte que les belles promesses de ce qui est apparu à beaucoup de Melunais comme de la démagogie.

Si nous avons gagné, c’est parce que notre projet était plus sérieux que celui des autres. Certes, et je le concède bien volontiers le contexte national n’était pas favorable à la Gauche, mais à qui la faute, pas à nous ! Il faut bien un jour payer l’addition de ses erreurs.

Notre victoire avec 52,07 % des voix, est naturellement une belle victoire, la plus belle victoire à une élection municipale depuis 1983 et je suis à ce jour le seul Maire, avec Marc JACQUET, à avoir gagné deux élections municipales avec plus de 50 % des voix.

Mais nous avons aussi entendu les messages de ceux qui, au premier tour comme au deuxième tour, ne se sont pas reconnus dans notre programme. Nous tiendrons compte de leur message et essaierons de répondre à leurs attentes afin de convaincre tout au long du mandat l’ensemble des Melunais, et au-delà de ceux qui ont voté pour nous.

Chers Collègues de MELUN CAP 2020, soyez fiers de ce résultat et tout au long des six années qui nous attendent, rappelez-vous que c’est le peuple de Melun qui nous a donné le pouvoir de diriger la ville mais que ce pouvoir, il ne nous appartient pas, il appartient aux Melunais.

Comme vous tous, élus de la Majorité ou de l’Opposition, je m’interroge sur l’abstention de près de la moitié du corps électoral de Melun aux élections municipales et ce, depuis 1995. Il nous appartient à tous, Majorité comme Opposition, de redonner confiance à travers nos actes d’élus aux 50 % de Melunais qui n’ont pas voté.

C’est par nos actes, par des changements dans notre manière de fonctionner en tant qu’Elu, en associant mieux les Melunais à nos décisions que nous réveillerons le sens civique de nos concitoyens.

Aux élus de MELUN CAP 2020, Louis VOGEL et moi-même demandons de respecter trois lignes de conduite :

Celle de l’exemplarité dans l’exercice du mandat qui nous est confié par les Melunais. L’honnêteté, l’équité dans le traitement des dossiers et le respect de tous doivent guider nos actions et nos actes d’élus ;

Celle de l’efficacité dans la recherche des solutions aux demandes des Melunais, en bannissant « les usines à gaz » et en faisant du dialogue avec les Melunais le socle de nos décisions. Louis VOGEL l’a dit pendant toute la campagne : c’est à partir de la base que l’on construit l’édifice, ce n’est pas en partant du haut.

Celle de la solidarité. Solidarité d’abord entre nous les membres de la majorité, car la division est un poison mais la différence est une richesse. C’est parce que notre équipe est composée de femmes et d’hommes différents sur la plan politique, social, culturel et religieux que nous avons beaucoup à apprendre les uns des autres pour mieux comprendre ensuite la société melunaise telle qu’elle est aujourd’hui. Solidarité enfin avec les Melunais en ne nous coupant pas de leurs difficultés, en les écoutant et surtout en les entendant.

Ce mandat qui nous conduira en 2020, Chers Collègues, ne sera pas un long fleuve tranquille en raison des contraintes financières qui pèsent sur notre pays et qui se répercutent inéluctablement sur les collectivités territoriales, les communes en particulier. Nous entrons dans deux années difficiles sur le plan budgétaire. Des choix devront être faits pour faire des économies mais aussi pour préserver le lien social entre tous les Melunais à travers l’éducation, la culture, le sport, la vie associative notamment.

Cependant, nous avons voulu donner une place de choix au développement durable avec la place de 2ème Adjointe au Maire car nous avons conscience que le développement durable, c’est non seulement le renouveau des comportements mais c’est aussi la nouvelle croissance économique.

Quant au développement économique et à l’emploi, ils seront notre priorité absolue en tant qu’élus de l’agglomération Melun Val de Seine et comme nous l’avons dit et nous avons été les seuls à le faire au cours de la campagne, l’avenir de Melun passe désormais par la Communauté d’Agglomération, c’est là que se dessinera le Melun de demain.

Là aussi notre ticket avec Louis VOGEL est original et répond aux besoins nouveaux de l’administration territoriale, puisque, dès le départ, nous avons voulu qu’un programme partagé soit mis en œuvre à l’échelon de la ville et de la Communauté d’Agglomération. C’est pourquoi, comme nous nous y sommes engagés, Louis VOGEL sera le candidat pour notre équipe à la Présidence de la Communauté d’Agglomération. Je suis convaincu qu’il aura à cœur de travailler la main dans la main avec toutes les communes de la Communauté en assurant une représentation juste et équitable de toutes ces communes, petites et grandes, qui composent l’agglomération Melun Val de Seine et qui font sa richesse.

J’appelle tous ceux qui partagent notre projet à soutenir Louis VOGEL en vue de l’élection qui aura lieu le 28 avril prochain.

Au personnel communal et au Directeur Général des Services en particulier, je renouvelle toute ma confiance en leur demandant de poursuivre leur mission avec compétence, efficacité et sens du service public.

A la majorité municipale, je demande donc d’être lucide, courageuse et responsable.

A l’opposition municipale, je demande, si c’est possible, d’être constructive mais aussi responsable.

Chers Collègues, Mesdames, Messieurs, Chers Amis, Robert SCHUMANN a déclaré un jour : « Il y a deux sortes d’hommes, ceux qui veulent être quelqu’un et ceux qui veulent faire quelque chose », je souhaite que nous fassions partie de la deuxième catégorie car c’est en agissant pour les autres que l’on donne vraiment un sens à sa vie.

Bonne route à MELUN CAP 2020, Vive MELUN, Vive l’Agglomération Melun Val de Seine ! « 

Gérard MILLET
Maire de Melun

Merci !

Dimanche 30 mars, avec près de 4600 voix et plus de 52% des suffrages, vous m’avez renouvelé votre confiance et choisi l’équipe Melun Cap 2020. Merci à vous !

En votant pour l’équipe Melun Cap 2020, pour mon ticket avec Louis Vogel, vous avez fait le choix de l’expérience et du renouveau. Vous avez fait le choix d’une équipe jeune et largement renouvelée, représentative de tous les quartiers de Melun et qui sera au service de tous les Melunais.

Cette confiance nous honore et nous saurons en être digne.

Merci !

Melun Cap 2020, retrouvez le site de campagne

Afin de suivre l’actualité de l’équipe Melun Cap 2020 que je conduis pour les élections municipales de mars 2014 à Melun, je vous invite à vous rendre sur le site http://www.melun-cap-2020.fr .

Vous pourrez y retrouver le bilan de l’action que j’ai menée lors de mon mandat 2008-2014, le programme et les propositions que nous formulons pour le prochain mandat, ainsi que les communiqués, tracts et articles de presse concernant la campagne de mon équipe Melun Cap 2020.

Retrouvez également l’actualité de la campagne sur Twitter avec le compte @MelunCap2020 et sur ma page Facebook (Gérard Millet) et celle de Louis Vogel.

Avec vous tous, avec Melun Cap 2020, une équipe pour une ville d’avance !

http://www.melun-cap-2020.fr

Un candidat PS qui ne sait pas compter, non merci !

Ce titre fait écho à celui d’un article paru sur le blog de Monsieur Kalfon, candidat du PS, dans lequel il s’insurge du prix que couterait le pont-levis en projet pour le Musée de la Gendarmerie.

Une nouvelle fois, Monsieur Kalfon ne connaît pas les dossiers melunais, c’est assez normal puisque c’est un élu de Noisiel. Mais est-ce une raison pour écrire n’importe quoi ?

Dans son blog, il claironne que le pont-levis en projet coutera 1,2 millions d’euros ! Malheureusement pour lui, l’estimation pour cet ouvrage qui remplacera un portail d’entrée automatique est de 90 000 euros soit… 13 fois moins que ce qu’il annonce !

Pire, ce qu’il semble ignorer c’est que cette option se révèle moins chère que le classique portail d’entrée automatique pour lequel il aurait fallu reconstruire tout un mur en pierres.

Mais malgré ces grossières erreurs, Monsieur Kalfon persévère. Ne craignant pas de faire pleurer dans les chaumières, il déclare que le prix de ce pont-levis couvrirait le coût de la construction de deux crèches… Patatras, là encore il ne connait pas les réalités économiques et encore moins le montant d’une crèche: que ce soit le prix réel (90 000 euros) ou fantasmé par Monsieur Kalfon (1,2 millions d’euros), aucun ne permettrait de construire deux crèches !

En effet, pour information à l’attention de Monsieur Kalfon, l’estimation du projet de crèche en cours de finalisation dans le cadre de l’Eco-Quartier est de 3 millions d’euros.

Voeux aux Melunais

Vendredi 10 janvier, j’ai présenté mes vœux à la population Melunaise. Si vous n’avez pas pu vous y rendre, je vous invite à en découvrir le texte.

« Madame La Préfète,

Mesdames et Messieurs les parlementaires,

Mesdames et Messieurs les conseillers régionaux,

Mesdames et Messieurs les conseillers généraux,

Monsieur le Président de la Communauté d’Agglomération Melun Val de Seine

Mesdames et Messieurs les Maires, adjoints au Maire, conseillers municipaux, délégués communautaires,

Monsieur le Général commandant l’École des Officiers de la Gendarmerie Nationale et Mesdames et Messieurs les officiers et sous officiers des trois armes,

Mesdames et Messieurs les hauts fonctionnaires de l’État, de la Région, du département, des communes, de l’intercommunalité en vos grades et qualités,

Mesdames et Messieurs les Présidents d’association,

Mesdames, Messieurs, chères Melunaises, chers Melunais,

« Il n’y a rien qui aille aussi vite que le temps », cette sentence tirée des Métamorphoses d’Ovide nous rappelle que chaque début d’année nous célébrons ensemble le temps en devenir en nous projetant personnellement ou collectivement dans l’année qui vient.

En 2014, l’exercice n’est pas facile pour le Maire que je suis. En effet, en raison du temps démocratique qui s’impose à tous en mars prochain, il n’est pas souhaitable de parler de ce qui a été fait pour Melun et les  Melunais et encore moins de ce qui pourrait être fait dans l’avenir. Chacun ici le comprendra et fera preuve d’un peu de patience. D’ici quelques jours, voire quelques semaines, tout ou presque sera dit, écrit, promis et les Melunaises et Melunais choisiront en conscience quelle équipe dirigera la ville et l’agglomération jusqu’en 2020.

Alors Madame la Préfète en ces temps où les sondeurs nous disent que la parole publique est décrédibilisée, que l’action publique est souvent impuissante et qu’au final l’intérêt général est une valeur en déclin, je voudrais à l’occasion de ces vœux, tenter de démontrer que la parole publique peut être crédible, que l’action publique peut être bénéfique à tous et qu’au final l’intérêt général est une valeur d’avenir.

Trop souvent Madame la Préfète, la parole publique est déconsidérée par nos concitoyens, pourquoi ? Parce qu’elle ne s’appuie pas sur un langage de simplicité et de vérité. La communication est trop souvent centrée sur des annonces, sur des promesses, sur des illusions voire des rêves. Mais lorsqu’on exerce un mandat ou de hautes fonctions, ne doit-on pas d’abord avant de parler, écouter et surtout entendre celles et ceux que nous sommes censés représenter et servir ? Pour rendre à la parole publique toute sa crédibilité, il faut en finir avec les caricatures, les dénigrements systématiques, la malhonnêteté intellectuelle érigée en système d’argumentation.

La parole publique, pour être comprise, doit avant tout être simple et sincère. Elle doit être à la fois pédagogue et responsable et ne jamais s’affranchir de la vérité.

Plus facile à dire qu’à faire me direz-vous, j’en conviens bien volontiers, mais mon premier vœu pour 2014 sera que nous tous ici, qui à un titre ou à un autre, sommes dépositaires de la parole publique, soyons attentifs à rendre cette parole crédible si nous voulons servir la démocratie.

Trop souvent l’action publique est jugée sévèrement par nos concitoyens, ils la trouvent impuissante, voire futile, ils n’en perçoivent pas le bénéfice pour tous, pourquoi ?

Agir, Madame la Préfète, Mesdames, Messieurs les élus, Mesdames, Messieurs, ce n’est pas s’agiter comme un poisson dans son bocal, ce n’est pas sous la pression de quelques uns, satisfaire quelques intérêts particuliers, ce n’est pas non plus attendre que l’orage passe, c’est encore moins se précipiter pour faire croire que l’on agit.

Agir lorsque l’on exerce une responsabilité publique c’est d’abord réfléchir, analyser, évaluer les forces et les faiblesses de telle ou telle solution, écouter ceux qui savent mais aussi entendre ceux qui ne savent pas mais qui vivent telle ou telle situation, c’est enfin décider, c’est aussi assumer.

L’action publique a besoin d’être expliquée, elle a besoin aussi parfois de temps pour porter ses fruits, elle a enfin besoin de femmes et d’hommes qui assument ce qu’ils font. Ceux qui sont dans l’action publique ne doivent pas agir en espérant une quelconque reconnaissance, ils doivent agir par contre en espérant que leur action sera bénéfique pour le plus grand nombre.

Plus facile à dire qu’à faire me direz-vous, j’en conviens là aussi aisément, mais je forme le vœu qu’en 2014 toutes celles et tous ceux qui voudront rendre à l‘action publique son efficacité le feront avec suffisamment de courage et d’humilité pour agir sans faiblir. La différence entre la démocratie et la démagogie est là.

Dans quel but, nous qui exerçons des responsabilités publiques, agissons-nous ? Dans celui de satisfaire quelques intérêts particuliers, fussent-ils légitimes, ou dans celui de satisfaire l’intérêt général qui, chacun le sait ici, n’est pas la somme des intérêts particuliers mais plutôt la somme de ce qui fait l’unité d’un pays ou d’une ville.

L’intérêt général n’est pas une valeur en déclin, c’est même ce à quoi aspirent profondément nos concitoyens si l’on en croit les enquêtes d’opinion, et j’ai envie de les croire.

Défendre l’essentiel, renoncer à ce qui divise pour rechercher ce qui unit, mettre en avant les qualités de tous et non pas les talents individuels, c’est cela à mon sens, l’intérêt général. Dans une ville, l’unité est plus précieuse que les différentes catégories sociales qui la composent. Chercher le plus grand dénominateur commun est toujours plus bénéfique que de se contenter du plus petit dénominateur commun. L’intérêt général n’est pas une valeur en déclin, Madame la Préfète, si l’État, les collectivités locales et tous les responsables mettent derrière cette valeur la même chose à savoir : le respect de chacun pour la satisfaction du plus grand nombre.

Plus facile à dire qu’à faire me direz-vous, j’en suis convaincu comme vous tous mais je forme le vœu qu’en 2014, la valeur de l’intérêt général soit au cœur de nos débats démocratiques.

Bien que Cicéron dans l’une de ses maximes célèbres « quot homines, tot sententiae » ce qui peut se traduire par « autant d’hommes, autant d’avis différents » ait célébré la richesse de la pluralité de la pensée humaine, je veux croire qu’en cette année nouvelle nous aurons ensemble la même vision de la parole publique, de l’action publique et de l’intérêt général.

Madame la Préfète, Mesdames et Messieurs les élus, Mesdames, Messieurs, chères Melunaises, chers Melunais, au nom du Conseil Municipal de Melun, je vous souhaite une année 2014 énergique, riche de projets personnels ou collectifs.

Que la maladie ou les épreuves morales vous épargnent autant que faire se peut et que vous trouviez en cette année nouvelle non seulement des raisons de croire en l’avenir mais surtout des raisons de croire en la parole et l’action publiques.

« Il n’y a rien qui aille aussi vite que le temps » aussi prenons le temps de vivre pleinement et intensément cette année 2014 avec celles et ceux que nous aimons.

Bonne, belle et constructive année 2014 à tous. »

Quel niveau !

L’article du Parisien que je reproduis ici se fait l’écho d’une question posée par un élu dissident de la majorité municipale lors du dernier Conseil municipal et que je considère comme déplacée.

Cet élu a remis en cause le choix fait par l’association Astrocafé pour la gestion de ce lieu de restauration voisin de la Médiathèque. Pourquoi ? Parce que le restaurateur, choisi à l’unanimité par le Conseil d’administration de l’Astrocafé, a son épouse (enseignante) qui figure sur ma liste pour les prochaines élections municipales ! Quel rapport ?

Au-delà du manque d’intérêt flagrant de cette question, se pose évidemment l’insinuation du conflit d’intérêt, et c’est pourquoi je réagis.

Ce restaurateur a pris la gestion de l’Astrocafé pour sauver l’établissement, il ne demande rien à la Ville et ne perçoit aucune rémunération pour cela.

Les oppositions municipales, anciennes ou nouvelles, semblent vouloir tirer cette campagne vers le bas. Après la lamentable publication d’une correspondance privée entre Monsieur JULLEMIER et moi-même, vite retirée de sa page Facebook (sans doute a-t-il compris son erreur), ce même groupe d’opposants en vient aujourd’hui à remettre en cause mon intégrité.

Je comprends qu’il soit difficile de mener campagne et de se démarquer lorsqu’on a tout voté et tout soutenu pendant 12 ans, mais les Melunais méritent mieux que ces insinuations et ces coups bas.

Je continuerai donc mon travail mais ne me laisserai pas intimider par des insinuations à la limite de la calomnie.

2013-12-03 Cuisinier Astrocafé

Opération coup de poing à l’Almont

La politique de fermeté que nous appliquons depuis maintenant deux ans avec Patricia Astruc, et mes interventions répétées auprès des services de l’État et notamment de la Police nationale, portent leurs fruits.

Pas une semaine ne passe sans que la presse (Le Parisien ou La République de Seine-et-Marne) ne se fasse l’écho d’une arrestation ou d’une condamnation de trafiquants ou de délinquants.

Dernièrement, la police municipale et la police nationale ont mené conjointement une opération coup de poing à l’Almont afin de démanteler un réseau de trafiquants de drogue.

Avertis par les riverains, mon cabinet et moi-même avons mis en mouvement la police municipale et nationale afin que ce trafic cesse. Après plusieurs sessions de surveillance discrète de jour comme de nuit, la police municipale aidée d’une équipe cynophile et de deux brigade anti-criminalité de la police nationale, ont bouclé le quartier et ont pu mettre à jour tout un réseau et arrêter 5 personnes.

Dans ce genre de combat, la volonté politique paye.